Le problème jusqu’à maintenant

Quelle que soit la méthode utilisée, jusqu'à présent, le recyclage était soit rentable mais inefficace, soit efficace mais sans être rentable.

Il est temps d’en tirer des bénéfices afin d’inciter ce modèle à être reproduit partout.

Et vous ne pouvez le reproduire et ouvrir toutes les portes qu'en... nettoyant tout. Pas seulement les ordures collectées. Mais tout. Tout ce que vous pouvez voir autour des conteneurs à ordures ou le long des chemins.

Et ça, personne ne le fait.

Il est vrai que beaucoup d'organisations font un travail formidable.

"Plastic Bank" par exemple est l'une des autres solutions dans ce domaine, célèbre dans le monde entier, soutenue par le Prince Charles, IBM, d'autres marques célèbres…. Plastic Bank demande de l'argent aux consommateurs et aux entreprises, et l'utilise pour collecter et fabriquer du "plastique social". Il s'agit de "modifier" votre empreinte écologique.

Malheureusement, c'est agir en aval du problème.

Premièrement, cela n'empêche pas la majorité des gens de jeter des déchets. Deuxièmement, l'activité reste à une échelle réduite pour une raison très simple : PB ne paie pas suffisamment chaque kilo de plastique, donc, à part un petit nombre de personnes, peu se sentent concernées. Il ne peut pas payer mieux parce que PB transforme le plastique en... plastique. A cause de ce modèle non rentable, il demande aux donateurs de payer au minimum 44 dollars US pour la collecte et le recyclage, et le travail est effectué par des personnes pauvres. Et cela concerne principalement les océans. On peut dire, au moins, que les consommateurs "paient leur culpabilité" et que les pauvres "bénéficient de la culpabilité des consommateurs". Ce n'est pas une mauvaise initiative, mais il manque l'essentiel.

Les bateaux-collecteurs existent, et leurs inventeurs reçoivent des millions de ces découvertes. Mais un bateau collecte plus ou moins 250 kg par jour, alors que des centaines de tonnes partent à la mer chaque jour ; les bateaux eux-mêmes doivent polluer pour collecter, et surtout, ils n'empêchent aucunement les gens de jeter du plastique.

Les produits chimiques fonctionnent parfois, sur quelques types de plastiques. Mais les produits chimiques n'empêchent pas non plus les gens de jeter et restent inefficaces contre certains types de plastiques.

 Quant à la loi contre les sacs en plastique, c’est la pire des solutions. On n'implique pas les gens avec des lois, et la faire appliquer génère d’autres coûts. De plus, une même loi n'est pas adaptable partout. Cette loi ne vise que les sacs plastiques, soit une petite partie du problème.
>